Gwladys BERTIN
Responsable Axe 1 - HOPE
Ingénieure de Recherche
Assistante prévention
gwladys.bertin@ird.fr
Paris
Gilles COTTRELL
Responsable Axe 1 - HOPE
Chargé de Recherche
gilles.cottrell@ird.fr
Paris
Nicolas ARGY
Assistant Hospitalo-Universitaire
nicolas.argy@gmail.com
Paris
Samuel BLANKSON
Doctorant
blanco3j96@gmail.com
Paris et Ghana
Florence BODEAU-LIVENEC
Personnel associé - EHESP
florence.Bodeau-Livinec@ehesp.fr
Paris
Sébastien DECHAVANNE
Doctorant
sebastien.dechavanne@ird.fr
Cotonou
Nadine FIEVET
Chargée de recherche
Correspondante des Laboratoires Sud
nadine.fievet@ird.fr
Paris
Jeremy FRAERING
Doctorant

Paris
Isabelle GAUGUE
Ingénieure d'étude
isabelle.gaugue@ird.fr
Paris
Sayeh GUEMOURI
Ingénieure de recherche
sayeh.guemouri@ird.fr
Paris
Francesco LEONARDI
Ingénieur Data Science
francesco.leonardi@ird.fr
Paris
Adrian LUTY
Directeur de recherche
adrian.luty@ird.fr
Paris
Darius SOSSOU
Doctorant
sossou.darius@yahoo.com
Paris et Cotonou
Marie SUTTER
Apprentie
marie.sutter@ird.fr
Paris
Rachida TAHAR
Chargée de recherche
Rachida.Tahar@ird.fr
Paris
Nicaise TUIKUE NDAM
Directeur de Recherche
nicaise.ndam@ird.fr
Cotonou
Firmine VIWAMI
Ingénieur d'étude
firmine.viwami@ird.fr
Paris
Roméo ZOUMENOU
Doctorant
romeo.zoumenou@ird.fr
Paris

Responsables : Gilles COTTRELL et Gwladys BERTIN

Les questions scientifiques de cet axe se fondent sur la problématique des interactions moléculaires entre le parasite et l’hôte qui a notamment permis à notre unité de s’inscrire fortement dans la recherche vaccinale contre les complications du paludisme. La compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans ces interactions contribuera à élaborer des approches vaccinales optimales et à comprendre les facteurs pouvant agir sur la réponse des populations à ces vaccins. Pour cela seront abordées la caractérisation des parasites, l’étude des facteurs d’hôte, en particulier la réponse immunitaire ainsi que certains biomarqueurs plasmatiques de sévérité.

Notre expérience et présence sur le terrain permettent aussi l’étude des déterminants de la rencontre entre l’hôte et le pathogène en prenant en compte l’environnement, pouvant conduire à l’identification de nouvelles cibles d’intérêt thérapeutique. L’environnement en tant que tel n’est pas un objet d’étude. Cependant dans le cas des maladies infectieuses, la prise en compte de l’environnement proche des individus (village, habitation…) et des comportements (utilisation de moustiquaires, prise de traitement contre les pathologies étudiées, activités quotidiennes …) est indispensable pour mesurer le risque de contact avec le pathogène et donc évaluer et cibler correctement les mesures de prévention et de lutte.

Pour étudier cette dynamique, quatre thèmes, centrés sur les infections, sont développés : (1) infections de la femme enceinte ; (2) infections de l’enfant et de l’adulte non immun en milieu tropical (3) développement vaccinal et approches thérapeutiques et (4) réservoir de pathogènes et mesure du risque d’exposition.

Enfin, l’ouverture thématique vers les maladies non transmissibles en lien avec les polluants et le réchauffement climatique trouve également sa place dans cet axe thématique au travers d’études épidémiologiques et d’approches biostatistiques adaptées.